REVALORISER UN STOCK

Redonner de la valeur à des actifs

Optimiser le bilan et l’Ebit de l’entreprise

Les dépréciations d’actifs et les provisions pour risques et charges consistent à appauvrir l’entreprise pour anticiper (en vertu du principe de prudence) des évènements défavorables futurs.

Ainsi les dépréciations d’actifs vont anticiper le fait que des actifs que possède l’entreprise (immobilisations, stocks) risquent de donner lieu, lors de leur réalisation dans le futur, à un encaissement d’argent inférieur à la valeur pour laquelle ils figurent actuellement dans le bilan. Ainsi, comme les amortissements, les dépréciations et provisions ne génèrent aucune sortie d’argent sur l’exercice en cours (les flux d’argent n’auront lieu que dans le futur).

Il s’agit donc, comme pour les amortissements, de charges « calculées ».

Comment fonctionne la revalorisation de stock ?

Améliorer la productivité de l’entreprise

TEC accompagne les entreprises qui cherchent des solutions pour éviter des dépréciations ou revaloriser des actifs dépréciés. Notre solution Revalorisation de stocks est une réponse adaptée.

Nous travaillons avec tous les secteurs sur tous types d’actifs. Tous les produits s’étudient et ce dans toutes les configurations (Souci de packaging, stocks dormants, rotation lente, changement de packaging, DLUO courtes etc..).

TEC dispose d’un solide réseau de redistribution des produits, acquis depuis 30 ans.

Dans ce process, la marque-annonceur facture ses produits (cela augmente son CA), et bénéficie d’une réciprocité sous la forme de l’achat d’espace d’une campagne de publicité.

Bénéfices :
Vous réalisez un CA additionnel.
Vous évitez des dépréciations ou reprenez des provisions.
Vous dégager de nouvelles ressources pour financer des plans de communication.

Exemple de revalorisation d’actifs

Infographie revalorisation d'actifs

La revalorisation des stocks

Infographie revalorisation des stocks

Étude de cas

LABORATOIRE AMIGA

TEC accompagne depuis plusieurs années un laboratoire européen, spécialisé dans les produits de santé et bien-être. Des produits qui sont commercialisés en pharmacie et parapharmacie.

  • Régulièrement ce géant pharmaceutique se retrouve avec des produits OTC, dont la fabrication est arrêtée, et ce pour de multiples raisons.
  • Par exemple, début 2019, ce laboratoire nous a soumis pour étude un stock de 100 000 boites de maquillage. Stock qui était susceptible de passer en dépréciation. TEC a racheté l’ensemble du lot et, selon les contraintes de l’annonceur, a proposé ces produits à un déstockeur européen validé par le Laboratoire.
  • Tec a accepté d’acheter l’ensemble du stock en échange d’un ratio plus élevé que la valeur de revente du stock , à savoir : 1 million d’euros de crédits d’espace publicitaire.
  • Le laboratoire-annonceur a ainsi pu facturer TEC pour un montant qui représente 4 fois la valeur théorique de revente du stock.

Le laboratoire a ainsi financé partiellement, tout au long de l’année, des campagnes de publicité presse, digitale et TV grâce aux crédits médias. Ce type d’opération a fait l’objet de plusieurs contrats depuis 15 ans.

Nos clients peuvent financer des campagnes médias européennes à l’aide de stocks français.

Témoignage

Christian Dupont, Laboratoire Amiga
“Nous nous retrouvons chaque année avec des produits dont le packaging a changé et qui sont souvent éligibles à une dépréciation en fin d’année. Sur un stock de fonds de teints hydratants, TEC m’a permis de facturer le stock à plus de 3 fois leur valeur. Et cela nous a permis surtout, de recevoir une plus grande valeur dans les médias que la vente directe des produits aurait générés en espèces.”

Étude de cas

DETAIL DU PROCESS

Une marque de bagagerie souhaite évite une dépréciation potentielle et valoriser un stock de produits (accessoires et sacs à main).
  • Après étude, TEC proposer un motant de 400 K€. TEC et l’agence média de la marque isolent 500 K€ d’achat en espace média (TV, radio, presse, Internet, affichage, cinéma) qui peuvent passer en achat d’espace par TEC en N et années suivantes.
  • TEC et l’agence média négocient avec les régies qui prennent en compte le montant de 500 K€ en barter en N et années suivantes.
  • Les régies délivrent l’espace publicitaire pour la campagne média de la marque et facturent.
  • L’annonceur règle à son agence média, et en fonction du contrat, soit en déduisant les crédits médias (crédits barter) prévus, soit en totalité (option 100% numéraire).
  • L’agence média règle TEC pour 500 K€ en déduisant les crédits médias (crédits barter) ou en totalité en fonction du choix contractuel de l’annonceur.
  • Si l’annonceur a choisi l’option 100% numéraire, après encaissements,
  • TEC règle en numéraire les stocks à l’annonceur au fur et à mesure des achats médias. TEC règle en numéraire un premier acompte sur stock jusqu’à 200 K€.
  • Ce contrat durera entre 2 et 3 ans.